Partagez|
Au-delà du rêve... l'espoir
avatar
Messages : 461
Age : 41
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Au-delà du rêve... l'espoir Ven 14 Nov - 11:10
Une maison tout ce qu'il y a de plus banale, située dans le centre-ville de Londres. Une maison habitée plus précisément par trois jeunes filles au caractère bien trempé.

Il y a tout d'abord Lalie Curtis, une jeune femme de 27 ans, têtue comme une mule. Et quand je dis têtue, je ne mâche pas sur les mots. Ensuite, il y a sa cousine Loriane Curtis, qui a le même âge. Celle-ci est plutôt du genre timide, mais attention, ce n'est que l'une de ses nombreuses facettes. L'une d'elle est le cynisme. Vous voilà prévenu. Et finalement, Loélia Lawford, l'aînée de 29 ans et meilleure amie des deux filles. Une femme au tempérament autoritaire, mais qui est aussi sympathique lorsqu'elle est bien lunée... et seulement dans ces cas-là.

Ce matin-là, on pouvait entendre des éclats de voix qui provenaient de la cuisine. Lalie venait de recevoir, on ne sait trop pourquoi, un coup de manche à balai de Loélia qui, ce matin, était un peu de mauvaise humeur. La nuit qui venait de s'écouler avait été très mauvaise pour elle à vrai dire.

Lalie: Ayeuh!!! Non mais ça va pas la tête!? Tu m'as fait mal avec ton manche à balai! s'emporta t-elle. Et d'abord, pourquoi me frappes-tu?

Loriane: Je crois que tu l'as bien cherché, Lalie... Dit sa cousine, en regardant en l'air.

Loélia: Cela t'apprendra à vouloir prendre ma voiture pour un stop car... N'oublierais-tu pas des fois qu'elle est toute neuve et qu'en plus j'ai pas fini de la payer?

Lalie: Oh ça va! Le panneau était mal placé! Ca peut arriver à tout le monde, non? Avoua-t-elle.

Loriane: Oui, mais chez toi, c'est apparemment habituel, vois-tu.

Loélia: C'est ça, bien sûr... N'essaierais-tu pas de te trouver une excuse, par hasard?... Loriane a raison!... Oh... Au fait, as-tu fait ce que je t'ai demandé hier?

Lalie: Mais de quoi parles-tu? Et qu'est ce que tu m'as dis exactement?? Je ne m'en souviens plus du tout, sérieux!

Loélia: C'est pas vrai, elle a oublié... L'ENVELOPPE!!! TU DEVAIS LA METTRE DANS LA BOITE AUX LETTRES POUR ENVOI! C'était urgent, sacré nom d'une pipe!

Loriane: Oups... Vite! Tous aux abris! Fit-elle, cynique.

Lalie: Oh! Merde! Désolée, mais j'ai eu beaucoup de choses à faire entretemps... Donc, je n'ai pas pu... Mais si tu veux, je peux y aller de suite? Bonne idée non? Répondit-elle avec un léger sourire.

Loélia: Tant qu'à faire, oui...

Soudain, la jeune femme entendit un bruit, ressemblant à un bruissement de feuille... En fait, ce bruit était difficilement identifiable. Elle mit alors tous ses sens aux aguets durant quelques secondes avant de s'adresser à ses amies.

Loélia: Heu... Les filles... Vous avez entendu?
Lalie: Entendu quoi? Tu ne deviendrais pas un peu parano par moment? Il n'y a rien du tout... Aucun bruit à l'horizon. Tu as dû rêver, je ne vois que ça.

Loriane: Je n'entends rien non plus... A part le bruit du vent.

Loélia: Non non, je vous assure que j'ai bien entendu un bruit... Ouvrez bien grandes vos oreilles... Cela vient du jardin....

Lalie et sa cousine écoutèrent alors attentivement... et effectivement, elles entendirent à leur tour un bruit très étrange venant précisément de l'extérieur de la maison. Comme Loélia leur avait dit.

Lalie: Tu as raison... On dirait le son que fait une machine à laver qui débloque carrément.

Loriane: Un peu étrange comme bruit, à vrai dire.

Loélia: Oui, comme vous dites... On va voir de quoi il s'agit? Prenez tout de même de quoi vous défendre, les filles. Des fois qu'un type soit là pour nous voler ou que sais-je.

Lalie: Pourquoi pas, mais attendez! Loriane, passes-moi ton super manche à balai, sait-on jamais.

C'est donc munies d'un unique manche à balai que les trois jeunes filles sortirent dans le jardin. A ce moment précis, une cabine téléphonique d'un bleu électrique apparut dans un bruit de machine déraillée, en plein milieu de la pelouse.

Loélia: Oh ben... si je m'attendais à ça...

Lalie: C'est quoi ce bidule?

Loélia: C'est ce que je me demande aussi...

Loriane: Ca se voit pas? C'est une cabine téléphonique... Londonienne... Vous êtes aveugles ou quoi?

Loélia: Ok... Merci tout de même pour ta remarque pertinente, Loriane, mais le plus important en ce moment est de savoir ce que fiche ici cette cabine... Oh non... Et si c'était....

Lalie regarda son amie en froncant les sourcils puis secoua la tête pour chasser l'idée qui venait de traverser son esprit.

Lalie: Non, tu sais bien que ce n'est qu'un conte de fée... Le Docteur n'existe pas réellement... Enfin, c'est ce que tu nous as toujours dit en fait...

A ce moment là, la porte de la cabine s'ouvrit et un homme bizarrement vêtu et portant une coiffure non conventionnelle en sortit comme un pantin de sa boite. Lalie se mit automatiquement en position de karatéka. Ce qui lui donna un peu l'air débile, vous imaginez.

Lalie: Attention, c'est un intrus!! Les filles, en position!

Le Docteur: Oh... Heu... Hello... Heu... Je suis le Docteur... Fit-il alors, l'air de rien.

Lalie: Pfff, ouais c'est ça! Et moi, je suis la reine des Paquerettes... répondit-elle sournoisement.

Loriane: Reine des Paquerettes... pouffa-t-elle... On aura tout entendu!

Loélia: Lalie... On dirait bien que ton conte de fée soit devenu réalité... C'est lui... C'est bien lui... Le Seigneur du Temps, venu tout droit de Gallifrey.

Lalie: Oh seigneur, tu ne vas tout de même pas me dire que c'est lui, le fameux Time Lord? Il n'est pas comme ça en vrai! Regarde! Il est tout maigrichon...

La jeune femme s'interrompit brusquement. Elle le regarda de façon intense, du haut jusqu'en bas. C'est alors qu'elle reprit, d'une voix mielleuse... Un peu comme si elle était en pleine rêverie.

Lalie:... Mais tellement beau! Un vrai Apollon...

Loriane: Hey, la belle au bois dormant! On se réveille! Hé ho!! La terre appelle la lune! Faut te réveiller, ma vieille! Tu en fais une de ces têtes!! Allôôô!!!

Entretemps, le Gallifréen, conscient que c'était bien de lui que les filles parlaient, cru bon d'ajouter, dans un sourire blancheur qui eut tôt fait de réveiller une bonne fois pour toute Lalie.

Le Docteur: Pourtant, je suis bel et bien ce que vous pensez... Désirez-vous que je vous le prouve? Fit-il en se frottant les mains

Lalie: Oui, si vous y tenez! Mais attention, pas de coup fourré sinon je vous frappe avec mon manche à balai qui a une sale gueule! Compris?

Loriane: Heu... Lalie... Je te ferais remarquer qu'un manche à balai n'a pas de sale gueule... Allez-y Docteur, ne faites pas trop attention à elle, je crois qu'elle a mangé du lion enragé ce matin.

Le Docteur: Ok ok... Cela étant, vous pouvez ranger votre... Heu... Votre machin... bidule... chose... Je ne tiens pas à me le ramasser en plein visage, voyez-vous? Dit-il en sortant son papier psychique et son tournevis sonique de sa poche interne.

Lalie: Oh! Ahhh... Merde... Oups... Je voulais dire flûte... C'est bien vous! Vous êtes le Docteur! Le vrai?! Oh seigneur, j'y crois pas!! Loelia! Vite, lance-moi de l'eau avant que je ne m'évanouisse... Ca urge! Dit-elle sans le lâcher une seule fois du regard.

La jeune femme, qui rêvait depuis un bon bout de temps de le faire, se fit le plaisir de lui balancer un gros seau d'eau glacée sur sa tronche.

Loélia: Ca va mieux ainsi? Sinon, j'en remplis un autre... Ca ne me dérange absolument pas, tu sais.

Lalie: Beaucoup mieux, merci...

Loriane: Faut aussi dire que ça rafraichit l'esprit. Tu me semblais bien trop nerveuse, ma chère Lalie.
Lalie: Loriane, tu veux bien me pincer, stp?... J'ai trop l'impression de rêver!

A son tour, Loriane, en bonne sadique qu'elle était, pinça le dos de sa main avec un soupir de satisfaction. Un «Aie» retentit dans le jardin, puis une claque fusa sur la joue de Loriane qui ne s'y attendait pas.

Lalie: Tu m'as fait mal!!

Loriane: Excuses-moi, mais tu m'as bien dit de te pincer, ce que j'ai fait... Pas ma faute si ça fait mal! Fallait réfléchir à deux fois avant de me demander une telle chose, ma vieille. Et tu aurais pu faire attention! Je vais avoir la marque de ta main sur mon visage, à présent. Répondit-elle en massant sa joue douloureuse.

Le Docteur, qui essayait vainement de prendre la parole, en fut pour le coup tout déconfit. Il sortit alors son tournevis sonique qu'il fit teinter. Du coup, le silence se fit, comme par magie. Les cousines se dévisagèrent longuement avant de reporter enfin leur attention sur le Seigneur du Temps.

Le Docteur: Bon et bien... Comment vous appelez-vous au fait?

Lalie se lança et présenta les filles à ses côtés, d'une façon peu glorieuse, si vous voyez ce que je veux dire.

Lalie: Moi, c'est Gertrude. L'autre folle aux cheveux courts, c'est Marguerite, et la jeune femme avec le seau, c'est Germaine... Cela vous va?

Le Docteur: Charmant... Très charmant... Mais vous êtes certaines?

Loriane: Ben oui... Pourquoi cette question? Fit-elle en se retenant à grand peine de rire.

Le Docteur: Ca me semble tellement vieillot... Et puis, j'ai cru entendre d'autres prénoms en vous écoutant... Alors, j'en viens à me demander si c'est vraiment ainsi que vous vous appelez.

Lalie: On plaisantait! Elle, c'est Loriane, ma cousine. L'autre tarée avec son seau, c'est Loélia, une amie commune. Quant à moi, c'est Lalie. Nos prénoms commencent tous par un L. C'est pas compliqué a retenir. Vous ne nous en voudrez pas trop, j'espère?

Loélia: Lalie!! Un peu de sérieux, dis donc! Tu vas le faire fuir, si tu continues ainsi.

Le Docteur: Rassurez-vous, j'aime beaucoup les blagues, Léo...Pardon... Loélia... Je n'ai déjà pas beaucoup l'occasion de rire, vous savez. Je suis souvent seul en tête à tête avec moi-même... Ce qui devient un peu lassant à la longue.

Lalie: Il en faudrait bien plus pour effrayer un Seigneur du Temps... Comme... Comme par exemple... Ce qui arrive juste au dessus de notre tête!!! fit-elle, soudainement paniquée par cette arrivée impromptue.

Le docteur se retourna et leva les yeux vers le ciel. Son visage changea aussitôt d'expression, mélange de peur et de détermination.

Le Docteur: Il ne manquait plus qu'eux! Dès que je pose un pied sur une planète, mes ennemis viennent aussitôt l'envahir, comme par hasard!

Loélia: De quoi... Ou plutôt de qui s'agit-il au juste, Docteur?

Le Docteur: Des Daleks... Vite, grimpez dans le TARDIS!

Loriane: Des... Quoi???

Lalie: Tu es sourde? Des Daleks... Des extraterrestres qui ne savent dire qu'une chose: Exterminer! Répondit-elle en imitant la voix des Daleks.

Loriane: Ah ok, je me disais bien que....

Loélia: Au lieu de divaguer, rentrez dans le Tardis! Et plus vite que ça! L'interrompit-elle

Une fois les trois filles dans la cabine spatio-temporelle, le Docteur s'activa autour de la console. Loélia, Lalie et Loriane, elles, étaient restées pétrifiées, abasourdies par l'intérieur plutôt spacieux. Le Tardis se dématérialisa aussitôt, avant même que ses ennemis n'atterrissent.

Retour sur les filles, toujours autant... comment dire.... interloquées... C'est bien le mot. Elles étaient toutes trois droites comme un i, la bouche et les yeux grands ouverts. Visiblement, elles n'en croyaient pas leurs yeux.

Lalie: C'est plus grand...

Loriane: ... A l'intérieur... Poursuivit-elle

Loélia: Wouaw... Mais... C'est impossible.... Finit-elle.

Une fois le Tardis en croisière dans l'espace et le temps, le Gallifréen reporta toute son attention sur ses nouvelles compagnes.

Le Docteur: Vous en faites une de ces têtes.... Bref... Vous aimez le décor? Moi j'adore!

Loélia: Heu... Ben... Heu...

Lalie: C'est que...

Loriane: Oui... Oui... C'est joli...

Le Docteur: Je vois... Ne vous en faites pas, vous allez vous y faire à la grandeur de mon Tardis... Savez-vous que là, en ce moment précis, je vous emmène dans l'espace?

Loriane: Que... Quoi?

Lalie: Dans l'espace? Arrêtez, vous nous faites marcher là... Une cabine téléphonique ne va pas dans l'espace, voyons... C'est matériellement impossible.

Loélia: S'il vous le dit... Vérifiez par vous-même si vous ne le croyez pas... Hum... Docteur... Puis-je savoir où vous nous emmenez? Je crois qu'on ne vous en a pas donné la permission, si mes souvenirs sont bons...

Le Docteur: Oui, c'est ma foi vrai.. Heu.. Et bien... On dirait que j'ai été un peu vite en besogne... fit-il, quelque peu embarrassé.

Loélia: Ca, on peut le dire...

Le Docteur: Ok ok... Les filles... Acceptez-vous de rester avec moi un petit temps et de voyager dans le Tardis? L'Univers tout entier nous appartient. Qu'en dites-vous?

Loriane: Nous sommes déjà dans l'espace, alors profitons-en!

Loélia: D'accord, mais qu'il nous ramène alors au jour où l'on est parties.

Lalie: Ok, mais le soir alors, ainsi je peux regarder tranquillement mes épisodes de Castle!

Loriane: Le lendemain c'est mieux! J'aurai pas cette réunion super mortelle.

Loélia: Vous ne m'aidez pas du tout, là... Et si... il ne nous ramenait pas du tout? De toute façon, qu'avez-vous à perdre? Toi Loriane, ce boulot te semble si ennuyeux que tu ne raterais rien... Et toi, Lalie, tu voulais tellement vivre des aventures. Alors, je pense que si l'on reste avec le Docteur, il ne verrait pas d'objection. C'est vrai, il reste trop souvent seul. Que dites-vous de mon idée de génie?

Lalie: Oui, c'est vrai que vu sous cet angle...

Loriane: En effet, elle n'a pas tort.

Loélia: Docteur? Que dites-vous de notre proposition?

Le Docteur: Ce que j'en dis? Et ben j'en dis que c'est la plus formidable des propositions! Répondit-il joyeusement. Des nouvelles compagnes, c'est cool!

Loriane: Hum... Docteur... Y aurait-il moyen de... Vous voyez?... De ne pas rater nos séries à la télévision? Demanda-t-elle, légèrement penaude.

Le Docteur: Vos séries? Heu... Si je me souviens bien, dans la chambre que j'ai aménagé pour vous, j'ai installé ce que vous appelez une télévision... J'y ai même fait en sortes qu'elle capte les émissions de la Terre. Mais sincèrement, je ne vois pas ce que vous trouvez de cool dans une télévision... Il y a tellement d'autres choses à voir... Comme par exemple...

Celui-ci fut soudainement interrompu par les deux jeunes filles qui en avaient déjà assez de ses speech qui trainaient, il est vrai, en longueur.

Lalie et Loriane: Super!!! Merci Docteur!! dirent-elles d'une seule voix

Les demoiselles, folles de joie, sautèrent littéralement sur le Docteur pour le remercier... Seulement, celui-ci, ne s'attendant pas à une telle réaction de leur part, en perdit l'équilibre. Nos trois zigotos se retrouvèrent bien vite pêle-mêle, par terre. Loriane, rouge de honte, se releva aussitôt, aida ensuite sa cousine qui était dans le même état. Ensemble, elles tirèrent enfin le Docteur par le bras pour le relever tout en s'excusant une bonne centaine de fois. Loélia, quant à elle, eut un bon fou rire devant les visages déconfits de ses amis.

Loélia: Je crois que vous avez fait deux heureuses, Doc... Ca, on peut le dire. Pfff, vous verriez vos têtes! A mourir de rire...

Mais en voyant les regards en coin de ses condisciples, elle reprit bien vite son sérieux.

Loélia: Hum... Heu... (elle toussota) Où se trouve cette chambre, au fait?

Le Docteur: Montez les escaliers, prenez le couloir de droite et c'est au fond... Vous verrez, il y a également une piscine et une bibliothèque. Et ne vous en faites pas, j'adore les blagues et les calins... Sauf peut-être celui-ci... J'ai mal aux fesses!

Loriane: Une piscine? Demanda-t-elle

Lalie: Une bibliothèque? Ici?

Le Docteur: Oui, le tout dans la même pièce... Enfin je crois... La dernière fois, c'était ainsi. Peut-être que la bibliothéque est partie autre part... Le Tardis n'en fait qu'à sa tête, vous savez. Une vraie têtue!

Loélia: Ne vous prenez pas la tête. Les filles et moi allons faire le tour du proprio. Nous trouverons bien la piscine et la bibliothèque... Ainsi que notre chambre.

Le Docteur: Surtout, ne vous y perdez pas.

Lalie: Pourquoi? C'est si grand que ça?

Le Docteur: Ce vaisseau n'est pas grand, il est immense. Je vous conseille vivement de rester ensemble les premiers jours.

Loriane: Compris, Chef!

Le Docteur: Je ne suis pas un Chef, je suis le Docteur.... Oh que j'y pense, si vous retrouvez mon fez, rapportez-le moi si vous le voulez bien.

Lalie: Un fez? Ce n'est pourtant pas le carnaval, il me semble.

Le Docteur: Les fez sont cools... J'adore les fez! Répondit-il avec une certaine fierté.

Loélia: Lalie vous taquinait... Allez, les girls, on y va! Notre mission du jour: retrouver notre propre chambre...

Loriane: ...Et chercher cette fameuse piscibliothèque.

Le Docteur: Piscibliothèque?

Loriane: Ben oui, si les deux se trouvent bien au même endroit, on pourrait appeler ça une piscibliothèque, non?

Le Docteur: Excellente idée! J'adore ce mot! C'est cool! Une piscibliothèque...

Les trois filles laissèrent le Docteur en pleine rêverie dans la salle de contrôle et s'aventurèrent dans les nombreux couloirs que comptait le Tardis. Elles rencontrèrent tout d'abord le débarras où leur ami entassait toutes sortes de choses, notamment un mini Tardis en carton, un parapluie, un berceau et bien d'autres objets hétéroclites n'ayant aucun rapport entre eux. Ensuite, vint la cuisine, une pièce somme toute identique à une cuisine normale. Enfin, elles trouvèrent la piscine, énorme et d'un beau bleu. Mais pas de bibliothèque, ou en tout cas rien y ressemblant un tant soit peu à une bibliothèque. Soit, elle n'existait plus, soit elle avait changé de place, comme l'avait suggéré le Docteur. Lalie et Loriane avaient très envie d'y plonger et d'y nager, mais un regard de leur amie les en (dissuadèrent). D'abord trouver la chambre puis seulement, vous pourrez faire ce dont vous avez envie, leur avait-elle dit. Elles continuèrent donc à arpenter le couloir qui était beaucoup plus long qu'elles ne l'auraient imaginé. Après quelques minutes de marche, elles trouvèrent leur chambre. Une pièce immense avec, comme meubles, trois lits, une télévision, une commode, une penderie... Bref, une chambre tout à fait normale, mise à part qu'elles se seraient crues dans un palace 5 étoiles. Elles y trouvèrent leurs vêtements, des pyjamas et tout un nécessaire de toilettes. C'était comme si le Tardis avait fait les valises à leur place. A vrai dire, ça leur en a bouché un coin. Comment leurs affaires avaient pu se trouver ici alors qu'aucune valise n'avait été bouclée. D'ailleurs, leur départ n'était même pas prévu. C'était d'autant plus bizarre.

Tandis que les deux cadettes enfilaient leur maillot et filèrent à la piscine avec leur essuie, Loélia alla retrouver le Docteur. Celui-ci était couché sous la console et semblait occupé à réparer quelque chose... En tout cas, c'était l'impression qu'il donnait.

Loélia: Salut... Oh ben, que faites-vous?

Le Seigneur du Temps, surpris, se releva et se cogna malencontreusement à la console.

Le Docteur: Ay ay ay... Vous m'avez fait peur!

Loélia: Désolée... Que faisiez-vous?

Le Docteur: Oh, rien de bien intéressant. Je réparais un truc en dessous... Pour passer le temps. C'est toujours comme ça quand je m'ennuie... Où sont passées Lalie et Loriane?

Loélia: Elles sont parties nager à la piscine... Et en fait, pas de bibliothèque.

Le Docteur: Il me semblait bien... Et vous avez trouvé votre chambre finalement?

Loélia: Oui! Un vrai palace, dites donc! On a aussi vu un débarras et une cuisine. Je vais pouvoir vous préparer quelques bons petits plats. J'adore cuisiner.

Le Docteur: Tant mieux!

Loélia: Dites, j'ai une question à vous poser.

Le Docteur: Allez-y... Fit-il en remettant ses outils en place

Loélia: Comment se fait-il que nos affaires étaient déjà dans la chambre? Vous les avez volés?

Le Docteur: Volés? Oh non... Le Tardis crée automatiquement un double de vos vêtements dans la chambre... Et il fait même des cadeaux quand ça lui prend... Vous l'avez trouvé?

Loélia: Un cadeau vous dites? Heu... Non... Mais on n'a pas regardé partout...

Le Docteur: Cela ne tardera pas alors... En général, il le laisse à vue. Peut-être ce soir, s'il est bien luné.

Loélia: Je suis curieuse... Je...

Brusquement, un cri... Non... Deux cris de filles hystériques parvinrent dans la salle de contrôle, et enfin, deux tornades déboulèrent en hurlant comme des folles. Après avoir repris quelque peu leur souffle, elles entreprirent d'expliquer ce qui leur avait fait peur, mais ce fut plutôt laborieux... Elles avaient un peu de mal vu le stress soudain qu'elles venaient de subir.

Lalie: La Bibliothèque....

Loriane: Elle était... pas là... au départ...

Lalie: Elle est... réapparue...

Loélia: Hein? C'est quoi ce charabia... Une bibliothéque qui part et qui revient? Vous ne seriez pas tombées sur la tête des fois?

Le Docteur: Ma bibliothèque est revenue... Heu... Oui... J'avais oublié de vous préciser cette information. Elle part et revient quand ça lui chante... C'est assez bizarre pour ceux qui ne sont pas habitués à pareille chose mais on s'y fait à la longue... Le plus flippant, c'est quand elle décide d'expulser ses livres hors des meubles... Je crois que là, vous auriez besoin d'un casque pour aller nager...

Loriane: Je crois que le Tardis aurait besoin d'un bon psy...

Le Docteur: Chut... Elle risque de mal le prendre...

Lalie: Quoi? Parce que le Tardis...

Le Docteur: Oui... Elle a aussi mauvais caractère...

Loriane: D'accord... D'accord.... Je m'excuse dans ce cas... Je retire ce que j'ai dit. Fit-elle à l'attention du Tardis.

Le Docteur: Voilà qui est mieux. Alors, où souhaiteriez-vous aller? On a le choix entre une planète entièrement consacrée aux attractions foraines, ou alors, encore mieux, Akhaten... Un lieu à voir absolument....

Loélia: On vous laisse le choix. Vous vous y connaissez bien mieux que nous en planètes et systèmes solaires.

Lalie: On aimerait qu'une seule chose, c'est important pour nous.

Le Docteur: Oui? Je vous écoute.

Loriane: Etonnez-nous!

Loélia: On sera à vos côtés pendant un bon moment, alors allez-y! Etonnez-nous! Faites-nous découvrir ce qu'il y a de plus beau dans l'univers. C'est tout ce qui compte pour nous.

Le Docteur: C'est bien ce que je compte faire, les filles. Vous m'avez fait le plaisir de me tenir compagnie. A mon tour donc de vous faire ce plaisir.

Sans mot dire, mais en leur souriant, le Docteur mit le cap vers Akhaten, la première destination des nouvelles compagnes du Docteur. Enfin, l'une des premières destinations. Les jeunes filles auront l'occasion de voir d'autres planètes toutes plus belles les unes que les autres. Leur rêve d'aventure venait tout juste de se matérialiser, tout cela pour leur plus grand bonheur. Fini la routine, le boulot fatiguant, les collègues un peu chiants sur les bords... Elles allaient en profiter et pas qu'un peu.

FIN

_________________________


      Merci à Amélia pour cette bannière      
Revenir en haut Aller en bas
Au-delà du rêve... l'espoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Fan Fiction :: Les fanfics de Loelia2007-